IdT – Les idées du théâtre


 

Dédicace

Primera parte de las comedias de Don Guillén de Castro

Castro, Guillén de

Éditeur scientifique : Cayuela, Anne et Moreno, Charo

Description

Auteur du paratexteCastro, Guillén de

Auteur de la pièceCastro, Guillén de

Titre de la piècePrimera parte de las comedias de Don Guillén de Castro

Titre du paratexteDedicatoria a Doña Marcela de Vega Carpio

Genre du texteDédicace

Genre de la pièceRecueil de comedias

Date1621

LangueEspagnol

ÉditionEn Valencia, en casa de Felipe Mey, 1621, in-4º (Numérisation en cours)

Éditeur scientifiqueCayuela, Anne et Moreno, Charo

Nombre de pages1

Adresse source

Fichier TEIhttp://www.idt.paris-sorbonne.fr/tei/Castro-Primera-Dedicace.xml

Fichier HTMLhttp://www.idt.paris-sorbonne.fr/html/Castro-Primera-Dedicace.html

Fichier ODThttp://www.idt.paris-sorbonne.fr/odt/Castro-Primera-Dedicace.odt

Mise à jour2014-09-22

Mots-clés

Mots-clés français

Relations professionnellesCritique de l’éditeur et de l’imprimeur ; édition frauduleuse et fautive

AutreMarcela Vega Carpio

Mots-clés italiens

Rapporti professionaliCritica dell’editore e dello stampatore ; edizione fraudolente e erronea

AltriMarcela Vega Carpio

Mots-clés espagnols

Relaciones profesionalesCrítica del editor y del impresor ; edición fraudulenta y deturpada

OtrasMarcela de Vega Carpio

Présentation

Présentation en français

La dédicace que Guillén de Castro inclut dans cette seconde édition de la Primera parte de las comedias publiée à Valencia par Felipe Mey en 1621 (publiée 3 ans après l’ édition princeps1) est intéressante à plus d’un titre : tant pour l’identité de la dédicataire que pour le mystère qui entoure celle du « marchand de livres » responsable d’une édition des comedias de l’auteur valencien, laquelle aurait échappé à son contrôle.

Par l’intermédiaire de cette dédicace à Marcela de Vega Carpio, fille de l’inventeur de la Comedia Nueva, Guillén de Castro rend un hommage à Lope de Vega, qu’il qualifie d’« homme si éminent », et lui manifeste implicitement toute sa gratitude pour avoir fait allusion aux « Comedias de don Guillén de Castro » dans l’acte III de La Petite Niaise (La dama boba) écrite en 1613. Au lieu de faire l’éloge d’un protecteur noble et puissant, Guillén de Castro préfère vanter les qualités d’une toute jeune fille de 16 ans, fille illégitime de Lope et de l’actrice Micaela de Luján. Il faut signaler que Lope avait lui aussi dédié deux de ses comedias aux enfants de son meilleur ami : en 1620, il dédie à Jacinto de Piña, fils de l’écrivain Juan de Piña, la comedia Le Mariage caché (El desposorio encubierto), et en cette même année 1621, il dédie Le Gentilhomme Abencérage (El hidalgo abencerraje) à sa fille Ana de Piña. La date de publication de cette édition de la Primera parte coïncide avec l’entrée de Marcela au couvent des Trinitaires Déchaussées de Madrid, cérémonie à laquelle « participèrent des personnalités célèbres du monde social et culturel de cette époque »2.

Guillén de Castro utilise l’espace de la dédicace pour blâmer un « marchand de livres » responsable d’une édition des douze comedias contenues dans le volume, publiées sans son accord . Il tait son nom si bien que l’identité de ce libraire a fait l’objet de plusieurs hypothèses3. Les plaintes de l’auteur à propos de comedias imprimées sans sa permission sont récurrentes dans plusieurs textes préliminaires4. Pour Eduardo Juliá Martínez, cette seconde édition est une « une façon de tirer profit de la précédente, soit pour la dédier à la fille de Lope, soit pour voir si, une fois rafraîchie, on parviendrait à la vendre, car les dettes contraignaient l’auteur à déployer toutes les subtilités de son esprit »5.

Présentation en espagnol

La dedicatoria que incluye Guillén de Castro en esta segunda edición de la Primera parte de las comedias publicada en Valencia por Felipe Mey en 1621 (3 años después de la edición princeps6) presenta interés tanto por la identidad de la dedicataria como por el misterio que rodea la del « mercader de libros » responsable de una edición de las comedias del autor valenciano fuera de su control. ; Mediante esta dedicatoria a Marcela de Vega Carpio, hija del inventor de la Comedia Nueva, Guillén de Castro rinde un homenaje a Lope de Vega, a quien califica de « hombre tan eminente », y le manifiesta agradecimientos implícitos por haber aludido a las « Comedias de don Guillén de Castro » en el acto III de La dama boba, escrita en 1613. En vez de celebrar a un potente y noble protector, Guillén de Castro prefiere alabar las partes de una jovencísma muchacha de apenas 16 años, hija ilegítima de Lope y de la actriz Micaela de Luján. Cabe señalar que Lope también había dedicado dos de sus comedias a los hijos de su mejor amigo : en 1620 Lope ofrece a Jacinto de Piña, hijo del escritor Juan de Piña, la comedia El desposorio encubierto y en ese mismo año de 1621 dedica El hidalgo abencerraje a su hija Ana de Piña. La fecha de la publicación de esta edición de la Primera parte coincide con la entrada de Marcela en el convento de las Trinitarias Delcalzas de Madrid, « acontecimiento en el que participaron conocidas personalidades del mundo social y cultural de la época »7. ; Guillén de Castro aprovecha el espacio de la dedicatoria para arremeter contra un « mercader de libros » que sacó a luz las doce comedias contenidas en el volumen sin su consentimiento. No revela su nombre y su identidad ha sido objeto de varias conjeturas8. Las quejas del autor sobre la impresión previa de sus comedias sin su consentimiento se repiten en otros textos preliminares9. Para Eduardo Juliá Martínez, esta edición es un « aprovechamiento de la anterior, ya para dedicarla a la hija de Lope, ya para ver si, remozada, lograba venderse, pues las deudas obligaban al autor a desarrollar todas las sutilezas de su ingenio »10.

Texte

Dedicatoria

{2v} Un mercader de libros, más curioso que cortés, estando yo ausente, sin mi licencia, imprimió estas doce comedias11, añadiendo a sus yerros los del impresor12. Para que esto tenga (ya que no enmienda) disculpa, suplico a V[uesa] M[erced] que las admita, lea y acredite, pues demás de ser hija de un hombre tan eminente, tiene tantas y tan buenas partes que cualquiera de ellas es extremo. Guarde nuestro Señor a V[uesa] M[erced] muchos años, y la dé lo que merece, que es lo más que yo la puedo desear. En Madrid a 23 de abril de 1621