IdT – Les idées du théâtre


 

Préface

Les Heureuses Infortunes

Bernier de la Brousse, Joachim

Éditeur scientifique : Déléris, Alban

Description

Auteur du paratexteBernier de la Brousse, Joachim

Auteur de la pièceBernier de la Brousse, Joachim

Titre de la pièceLes Heureuses Infortunes

Titre du paratexteAvis au lecteur

Genre du textePréface

Genre de la pièceTragi-comédie

Date1618

LangueFrançais

ÉditionPoitiers, Julien Thoreau, in-4. (Numérisation en cours)

Éditeur scientifiqueDéléris, Alban

Nombre de pages1

Adresse source

Fichier TEIhttp://www.idt.paris-sorbonne.fr/tei/BernierBrousse-HeureusesInfortunes-Preface.xml

Fichier HTMLhttp://www.idt.paris-sorbonne.fr/html/BernierBrousse-HeureusesInfortunes-Preface.html

Fichier ODThttp://www.idt.paris-sorbonne.fr/odt/BernierBrousse-HeureusesInfortunes-Preface.odt

Mise à jour2014-12-03

Mots-clés

Mots-clés français

GenreTragi-comédie / tragédie

SourcesGesta Romanorum ; Belleforest

SujetLongueur

DramaturgieDisposition en deux journées

TempsIntervalle de quinze ans entre les deux journées

ActionAccidents merveilleux

AutreAbsence d’argument

Mots-clés italiens

GenereTragi-commedia / tragedia

FontiGesta Romanorum ; Belleforest

ArgomentoLunghezza

DrammaturgiaDisposizione in due giornate

TempoIntervallo di quindici anni

AzioneIncidenti meravigliosi

AltriAssenza d’argomento

Mots-clés espagnols

GéneroTragicomedia / tragedia

FuentesGesta Romanorum ; Belleforest

TemaAmplitud

DramaturgiaDisposición en dos jornadas

TiempoIntervalo de quince años

AcciónAccidentes maravillosos

OtrasAusencia de argumento

Présentation

Présentation en français

Dans le commentaire aussi bref que dense de la tragi-comédie des Heureuses Infortunes, publiée dans Les œuvres poétiques du Sieur Bernier de la Brousse en 1618, mais probablement jouée dès 1612, Bernier de la Brousse s’attarde tout particulièrement sur le caractère inhabituel de sa pièce. Celle-ci se distingue principalement par sa disposition en deux journées, que la dramaturge s’attache à justifier, en invoquant notamment la longueur de la pièce et le caractère foisonnant de son intrigue. Cette disposition fait que les Heureuses Infortunes se démarquent nettement du modèle de la tragédie renaissante. Le respect des unités y est ainsi absent, et l’auteur fait remarquer à ce titre l’intervalle de temps de quinze ans qui sépare les deux derniers actes de la deuxième journée. Enfin, Bernier de la Brousse fait allusion à une des Histoires tragiques de Belleforest, adaptée comme sa pièce du sujet d’Apollonius de Tyr, qu’on trouve notamment dans les Gesta Romanorum.

Texte

Avis au lecteur

La longueur de cette pièce m’a empêché d’en dresser un argument1. C’est un sujet dilaté2 et rempli d’accidents émerveillables3, qui me pourront excuser si, le traitant, je me suis éloigné de la forme absolue de la tragédie4 – principalement au cinquième acte, où j’ai laissé couler quinze ans d’intervalle, et n’ai su m’empêcher d’en faire deux parties5, afin de le mieux représenter. C’est tout ce que je puis ; supporte mon imbécillité6, et prends le tout en bonne part. Cette histoire est d’un vieil manuscrit intitulé, Gesta Romanorum cum applicationibus hic7, d’où je l’ai tirée. Belleforest, au tome 7 de ses Tragiques8, l’a déduite9 plus élégamment. Mon ouvrage était achevé quand je l’y rencontrai, qui fait qu’il y a quelque surcroît10 et différence aux noms11, mais tout revient à un12. Adieu.