IdT – Les idées du théâtre


 

Préface

Comedias del famoso poeta Lope de Vega Carpio

Vega Carpio, Lope Félix de

Éditeur scientifique : Pontón, Gonzalo

Description

Auteur du paratexteVega Carpio, Lope Félix de

Auteur de la pièceVega Carpio, Lope Félix de

Titre de la pièceComedias del famoso poeta Lope de Vega Carpio

Titre du paratextePrólogo al lector

Genre du textePréface

Genre de la pièceRecueil de comedias

Date1604

LangueEspagnol

ÉditionZaragoza, Angelo Tavanno, In 4º

Éditeur scientifiquePontón, Gonzalo

Nombre de pages1

Adresse sourcehttp://www.cervantesvirtual.com/obra/las-comedias-del-famoso-poeta-lope-de-vega-carpio--0/

Fichier TEIhttp://www.idt.paris-sorbonne.fr/tei/Vega-ComediasdelFamoso-Preface.xml

Fichier HTMLhttp://www.idt.paris-sorbonne.fr/html/Vega-ComediasdelFamoso-Preface.html

Fichier ODThttp://www.idt.paris-sorbonne.fr/odt/Vega-ComediasdelFamoso-Preface.odt

Mise à jour2014-10-17

Mots-clés

Mots-clés français

GenreComedia

ReprésentationDifficulté d’accès des troupes à certains lieux

RéceptionSuccès des représentations ; lecture

Mots-clés italiens

GenereComedia

RappresentazioneDifficoltà d’accesso delle compagnie a diversi luoghi

RicezioneSuccesso delle rappresentazioni ; lettura

Mots-clés espagnols

GéneroComedia

RepresentaciónDificultad de acceso de las compañías a determinados lugares

RecepciónÉxito de las comedias ; lectura

Présentation

Présentation en français

Dans les derniers jours de 1603 ou les premiers de 1604 sont publiées à Saragosse les Comédies du fameux poète Lope de Vega Carpio (Comedias del famoso poeta Lope de Vega Carpio) qui constituent une absolue nouveauté éditoriale puisqu’il s’agit de la première parte de comedias, c’est-à-dire d’un recueil comportant douze pièces de théâtre qui deviendra la forme canonique en termes d’édition de textes dramatiques. Cette nouvelle formule éditoriale, caractéristique du monde du livre espagnol, est, dans ses origines, étroitement associée à l’œuvre dramatique de Lope de Vega : en effet, quelques mois plus tôt, le volume intitulé Six comedias de Lope de Vega (Seis comedias de Lope de Vega), qui ne contenait cependant qu’une seule pièce du poète madrilène, avait été publié à Lisbonne – mais avec une diffusion madrilène – par Francisco López, et imprimé par Pedro Crasbeek. Selon les indications fournies par la page de titre et les licences du volume de Saragosse, les pièces y ont été rassemblées par un certain Bernardo Grasa, dont on ne sait rien. Il s’agit de pièces composées bien des années auparavant (quelques-unes datent des débuts de la production du dramaturge), qui n’avaient pas été représentées depuis déjà un certain temps. Elles sont imprimées sans l’autorisation de Lope de Vega, qui peu après se plaindra de la mauvaise qualité de ces textes (« Vous trouverez dans mes comédies – pour le moins / dans certaines qui ont été publiées à Saragosse – / pour six vers qui sont de moi, cent qui ne le sont pas », Épître à Gaspar de Barrionuevo ; Epístola a Gaspar de Barrionuevo).

Quoique extrêmement bref, le prologue ne manque pas d’intérêt : on y souligne le bon accueil qui, à cette époque, était fait au théâtre ; on évoque un lectorat potentiel (les personnes qui ne peuvent assister aux représentations, soit parce qu’elles sont occupées, soit parce qu’elles vivent dans des endroits reculés où ne se rendent pas les comédiens) ; on y présente le volume imprimé comme un substitut à la représentation et non pas comme son complément, ni comme le moyen d’accorder aux pièces une seconde vie, à la différence de ce qui allait devenir habituel un peu plus tard. Il n’est pas impossible que la présence dans ce volume de loas et d’intermèdes (entremeses) – ces derniers ne figurant que dans certaines éditions – soit due à cette idée, comme s’il s’agissait de fournir au lecteur les conditions nécessaires pour qu’il recrée l’expérience originale qui a lieu au théâtre. La promesse finale d’un second volume confirme le caractère expérimental et novateur de ce volume.

(Traduction de Christophe Couderc)

Présentation en espagnol

En los últimos días de 1603 o los primeros de 1604 se publicaron en Zaragoza las Comedias del famoso poeta Lope de Vega Carpio, primera manifestación de la parte de comedias o colección de doce obras teatrales, género editorial característico del panorama hispánico y estrechamente ligado en sus orígenes a la obra dramática de Lope de Vega. (Unos meses antes, en Lisboa –pero con difusión en Madrid-, a costa de Francisco López e impresas por Pedro Crasbeek, habían visto la luz Seis comedias de Lope de Vega, aunque solamente una era obra del ingenio madrileño.) Las doce piezas de Zaragoza habían sido recopiladas, según consta en la portada y en las aprobaciones, por cierto Bernardo Grasa del que no se tiene noticia; se trata de obras compuestas años atrás (en algún caso se remontan a los inicios de la trayectoria del dramaturgo), que hacía tiempo que habían dejado de tener salida en los escenarios. Impresas sin la autorización de Lope, este se quejó poco después de la mala calidad de los textos (« Veréis en mis comedias – por lo menos / en unas que han salido en Zaragoza – / a seis ringlones míos, ciento ajenos », Epístola a Gaspar de Barrionuevo). ; En su extrema brevedad, el prólogo contiene algunas notas de interés: se destaca la acogida de que gozaba el teatro en aquel entonces, se detecta un público lector potencial (los que no pueden asistir a las representaciones, ya sea por ocupaciones, ya porque viven en lugares no visitados por los cómicos) y se propone el volumen como un sustituto de la representación, no como un complemento de esta o como una segunda vida de las obras, según sería habitual más adelante. Es posible que la presencia en esta parte de loas y entremeses –estos últimos, solo en algunas de las ediciones–obedezca a esa idea, como forma de proporcionar al lector un remedo de la experiencia original que se desarrollaba en el tablado. El carácter de tentativa puede reconocerse en la promesa final de proseguir con un segundo volumen.

Texte

Prólogo al lector1

{NP1} Anda en nuestros tiempos tan valida2 el arte cómica y son tan recebidas las comedias, que, habiendo llegado a mis manos estas doce de Lope de Vega3, las quise sacar a luz y comunicarlas con los que, por ocupaciones o por dificultad de no llegar a sus pueblos representantes, dejan de oírlas en los públicos teatros, para que, ya que están privados de lo uno, puedan gozar en lectura lo que le4 es difícil por otro camino. Recibe pues, oh lector, mi ánimo, y si viere que este volumen fuere bien recebido, ofrezco otro de todos los más graves autores que en esta materia han escrito5.