IdT – Les idées du théâtre


 

Préface

Sophonisba. Tragédie très excellente tant pour l’argument, que pour le poli langage et graves sentences dont elle est ornée ; représentée et prononcée devant le Roi en sa ville de Blois

Corrozet, Gilles

Éditeur scientifique : Lardon, Sabine

Description

Auteur du paratexteCorrozet, Gilles

Auteur de la pièceSaint-Gelais, Mellin de

Titre de la pièceSophonisba. Tragédie très excellente tant pour l’argument, que pour le poli langage et graves sentences dont elle est ornée ; représentée et prononcée devant le Roi en sa ville de Blois

Titre du paratexteGilles Corrozet au Lecteur

Genre du textePréface

Genre de la pièceTragédie

Date1559

Languefrançais

ÉditionParis, Philippe Danfrie et Richard Breton, 1559, in-8°

Éditeur scientifiqueLardon, Sabine

Nombre de pages1

Adresse sourcehttp://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k70352g.r

Fichier TEIhttp://www.idt.paris-sorbonne.fr/tei/StGelais-Sophonisba-Preface.xml

Fichier HTMLhttp://www.idt.paris-sorbonne.fr/html/StGelais-Sophonisba-Preface.html

Fichier ODThttp://www.idt.paris-sorbonne.fr/odt/StGelais-Sophonisba-Preface.odt

Mise à jour2013-11-06

Mots-clés

Mots-clés français

GenreTragédie

DramaturgieIntermédie ; pause ; scène

ActionAffections ; passions tragiques ; instabilité de fortune

Personnage(s)Sophonisba

ReprésentationDevant le roi ; ville de Blois ; pompe ; appareil

FinalitéBeauté ; morale ; enseignement ; connaissance de l’instabilité de fortune

ExpressionBeauté ; élégance ; ornement ; sentences morales ; mise en français

Mots-clés italiens

GenereTragedia

DrammaturgiaIntermezzo ; pausa ; scena

AzioneAffetti ; passioni tragiche ; instabilità di fortuna

Personaggio(i)Sofonisba

RappresentazioneDavanti al rè ; città di Blois ; pompa ; apparato

FinalitàBeltà ; morale ; inseignamento ; conoscenza dell’instabilità di fortuna

EspressioneBeltà ; eleganza ; ornamento ; sentenze morali ; messa in francese

Mots-clés espagnols

GéneroTragedia

DramaturgiaIntermezzo ; pausa ; escena

AcciónAfectos ; pasiones trágicas ; inestabilidad de la fortuna

Personaje(s)Sophonisba

RepresentaciónDelante de los reyes ; ciudad de Blois ; bomba ; aparatos

FinalidadBelleza ; moral ; inseignamento ; conocimiento de la inestabilidad de la fortuna

ExpresiónBelleza ; elegancia ; ornamento ; juicios morales ; hizo en francés

Présentation

Présentation en français

Ce bref avis au lecteur de l’éditeur, Gilles Corrozet, vante le mérite de l’œuvre en attirant l’attention sur ses deux qualités principales : la beauté de sa langue et sa dimension morale, mais également sur la valeur que lui confère son statut de spectacle de cour (l’avis est d’ailleurs suivi d’un petit « avertissement » définissant le terme « intermédie »). Cette pièce fut, de fait, représentée à la cour de Henri II à Blois en 1556, « en grande pompe » ainsi que le rappelle Gilles Corrozet1. Jouée par les dames de la cour elles-mêmes, elle marque la réconciliation du pouvoir royal avec le théâtre dans la seconde partie du siècle2. Alors que François Ier réprimait le théâtre, le roi Henri II l’encourage désormais. Les poètes se placent sous sa protection : le théâtre illustre le rayonnement d’une nation cultivée, tandis qu’en retour la gloire du protecteur royal rejaillit sur le poète. Gilles Corrozet rappelle cette fonction glorieuse de la pièce, qu’il affiche également dans le sous-titre qu’il ajoute à l’œuvre : « Tragédie très excellente tant pour l’argument que pour le poli langage et graves sentences dont elle est ornée, représentée et prononcée devant le Roi en sa ville de Blois ». L’épître développe à rebours ce titre, évoquant d’abord sa représentation à la cour, puis la qualité de sa langue ornée et de ses sentences morales, pour se clore sur la figure édifiante de la reine Sophonisba. De cette langue que le titre annonçait « polie », Gilles Corrozet vante « la beauté et élégance », la disant « ornée des parties de bien parler, des affections et passions tragiques », mais également de « sentences graves et morales ». L’on reconnaît ici la définition du genus gravis, le style haut et sublime propre à la tragédie antique et fondé sur le pathos (les affections et les passions tragiques). Le movere va de pair avec le docere, « démontrant l’instabilité de fortune et la variété de la vie humaine ». Le rôle didactique de la pièce, son énergie puisqu’elle « démontre » en plaçant les faits sous le regard des spectateurs, la portée édifiante du personnage principal sont soulignés. Cette pièce évoquant une reine vaut pour tous et c’est pourquoi Gilles Corrozet s’adresse au lecteur pour lui rappeler l’inconstance « de la vie humaine » : par-delà la grandeur de ses personnages, la tragédie délivre une leçon générale.

Texte

Gilles Corrozet au Lecteur

Il n’est besoin, lecteur, que je te recommande beaucoup le petit œuvre présent, parce que l’autorité, savoir, noblesse et expérience de ceux qui l’ont mis en français3 (et avec grande pompe et digne appareil ont représenté les mêmes personnages et la tragédie devant la majesté royale, en sa ville de Blois4) sont très suffisants témoignages de la beauté et élégance de la matière, laquelle de soi-même se découvre5 ornée des parties de bien parler, parée des affections et passions tragiques, et enrichie de sentences graves et morales, démontrant l’instabilité de fortune et la variété6 de la vie humaine, sur l’exemple de la reine Sophonisba laquelle, pour ne venir captive en la puissance des Romains, élut plutôt la mort par poison que la conservation de sa vie.

Avertissement.

Intermédie signifie pause7 à la manière de France ; ou scène8 selon les Latins.