IdT – Les idées du théâtre


 

Préface

Maurice tragédie

Romain, Nicolas

Éditeur scientifique : Cullière, Alain

Description

Auteur du paratexteRomain, Nicolas

Auteur de la pièceRomain, Nicolas

Titre de la pièceMaurice tragédie

Titre du paratexteAu Lecteur Salut

Genre du textePréface

Genre de la pièceTragédie

Date1606

LangueFrançais

ÉditionPont-à-Mousson, Melchior Bernard, 1606, in-8°.

Éditeur scientifiqueCullière, Alain

Nombre de pages1

Adresse sourcehttp://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k8569793.r

Fichier TEIhttp://www.idt.paris-sorbonne.fr/tei/Romain-Maurice-Preface.xml

Fichier HTMLhttp://www.idt.paris-sorbonne.fr/html/Romain-Maurice-Preface.html

Fichier ODThttp://www.idt.paris-sorbonne.fr/odt/Romain-Maurice-Preface.odt

Mise à jour2015-01-27

Mots-clés

Mots-clés français

GenreTragédie (histoire tragique)

SourcesHistoire ecclésiastique ; théâtre jésuite néo-latin de Pierre Mousson

SujetSujet « lamentable »

Personnage(s)Empereur Maurice

ReprésentationCollège (jésuite)

ExpressionLatin / langue vernaculaire

Mots-clés italiens

GenereTragedia (storia tragica)

FontiStoria ecclesiastica ; teatro gesuita neolatino di Pierre Mousson

Argomento« Deplorevole »

Personaggio(i)Imperatore Maurizio

RappresentazioneCollegio (gesuita)

EspressioneLatino / lingua volgare

Mots-clés espagnols

GéneroTragedia (historia trágica)

FuentesHistoria eclesiástica ; teatro jesuita neo-latino de Pierre Mousson

TemaSujeto lamentable

Personaje(s)Emperador Mauricio

RepresentaciónColegio (jesuita)

ExpresiónLatín / lengua vernacular

Présentation

Présentation en français

L’empereur byzantin Maurice (fin du VIe siècle), qui perd l’appui divin et qui est entraîné vers la ruine en même temps que sa progéniture, fait songer sous certains aspects à Saül ou à Sédécias. C’est donc un personnage éminemment tragique, tant par le destin qui l’écrase que par la catastrophe finale qui l’anéantit. Romain a emprunté ce sujet « fort lamentable » à une pièce représentée sur le « théâtre latin » du collège de Pont-à-Mousson, où les jésuites ont « fait marcher plusieurs belles histoires tragiques » à la fin du XVIe siècle et au début du siècle suivant.    

Texte

Au Lecteur Salut            

[NP1] Ami lecteur, si jamais la renommée du R[évérend] P[ère] Pierre Mousson, de la Compagnie de Jésus, a arrivé1 à tes oreilles, tu as ouï parler d’un des doctes personnages de notre temps, tant en ce qui est de l’éloquence que de la poésie. Il a quelques fois sur le théâtre latin de notre Université du Pont-à-Mousson fait marcher plusieurs belles histoires tragiques, dont l’une fut ce désastre de Maurice l’empereur, que j’ai toujours grandement prisé pour être un sujet fort lamentable2, et pris d’une Histoire Ecclésiastique3. J’ai tâché en quelque endroit de suivre ses traces et [d’]insister sur ses brisées latines4. Tu prendras en gré s’il te plaît ma bonne volonté et, si je ne les ai si bien suivies, tu en rejetteras bénignement la faute tant sur la débilité5 de mon petit esprit que sur le temps qui m’est retranché à cause du service ordinaire que je dois à son Altesse, mon Seigneur et Maître en l’exercice de ma charge6. Adieu.