IdT – Les idées du théâtre


 

Postface

L’Histoire de Tobit représentée par personnages en forme de tragi-comédie

Fourmennois, Gabriel

Éditeur scientifique : Cullière, Alain

Description

Auteur du paratexteFourmennois, Gabriel

Auteur de la pièceFourmennois, Gabriel

Titre de la pièceL’Histoire de Tobit représentée par personnages en forme de tragi-comédie

Titre du paratextePour avis

Genre du textePostface

Genre de la pièceTragi-comédie

Date1601

LangueFrançais

ÉditionUtrecht, Salomon de Roy, 1601, in-4°. (Numérisation en cours)

Éditeur scientifiqueCullière, Alain

Nombre de pages1

Adresse source

Fichier TEIhttp://www.idt.paris-sorbonne.fr/tei/Fourmennois-Tobit-Postface.xml

Fichier HTMLhttp://www.idt.paris-sorbonne.fr/html/Fourmennois-Tobit-Postface.html

Fichier ODThttp://www.idt.paris-sorbonne.fr/odt/Fourmennois-Tobit-Postface.odt

Mise à jour2014-12-09

Mots-clés

Mots-clés français

Mots-clés italiens

GenereCommedia

TempoDivertimento di otto o dieci minuti dopo la commedia

Personaggio(i)Due o tre personaggi muti ; buffoni

ScenografiaDivertiment dopo la commedia ; intervento di mattaccini (ballo spagolesco o moresca) ; corsa-inseguimento ; buffonerie ; vestito strano

FinalitàDistrarre gli spettatori prima della loro partenza

Mots-clés espagnols

GéneroComedia

TiempoEntretenimiento de ocho o diez minutos después de la comedia

Personaje(s)Dos o tres mudos ; bufones

EscenografiaEntretenimiento después de la comedia ; matassinade (danza española o mora) ; carrera ; bufonadas ; traje extraño

FinalidadDistraer a los espectadores antes de su partida

Présentation

Présentation en français

Pour cette Histoire de Tobit, qui est son unique expérience théâtrale, Gabriel Fourmennois ne se préoccupe nullement des règles classiques et semble ignorer toutes les pièces scolaires latines qui ont été publiées sur le sujet au cours du XVIe siècle, tant aux Pays-Bas qu’en Allemagne. À défaut d’être un grand poète tragique, il a le goût des spectacles et connaît bien l’ambiance des salles et les réactions du public. Il sait ce que signifie divertir, instruire, édifier, capter et retenir l’attention1. Son texte est accompagné, au début et à la fin, d’un bon nombre d’avertissements et d’observations qui sont moins destinés aux lecteurs qu’aux acteurs et éventuels metteurs en scène. Il y analyse sa pièce sous l’angle de la représentation, s’interroge sur sa durée et sa « prolixité », note les habitudes des « auditeurs », qu’il entend respecter, même s’il ne les approuve pas totalement. Cette perception du théâtre, depuis l’avant-scène et le parterre, est assez rare à l’époque pour être ici soulignée. Dans ce bref « Avis », placé après la pièce et suivi d’autres vers, l’auteur explique quel divertissement présenter après la pièce, afin de plaire au public en respectant la tradition des comédies, tout en proposant une honnête distraction, en l’occurrence une matassinade d’une dizaine de minutes tout au plus (huit ou dix).

Texte

Pour avis

Attendu qu’après toutes comédies le monde est tellement accoutumé d’avoir quelques facétieusetés et qu’aujourd’hui le peuple y est encore tant enclin, pour complaire au temps2 (contre mon opinion) je serais d’avis, après le rétrologue3, de représenter en étrange habit4 deux ou trois muets qui, l’espace d’une minute huit ou dix5, fissent quelque honnête matassinade6 et, comme bouffons, avec une joyeuse entre-course l’un après l’autre, en s’absentant7 donnassent occasion au peuple de se retirer plaisamment.