IdT – Les idées du théâtre


 

Préface

Les Amours de Vénus et d’Adonis, tragédie

Donneau de Visé, Jean

Éditeur scientifique : Barbillon, Chrystelle

Description

Auteur du paratexteDonneau de Visé, Jean

Auteur de la pièceDonneau de Visé, Jean

Titre de la pièceLes Amours de Vénus et d’Adonis, tragédie

Titre du paratextePréface

Genre du textePréface

Genre de la pièceTragédie

Date1670

LangueFrançais

ÉditionParis, Guillaume de Luyne, 1670, in-12°. (Numérisation en cours)

Éditeur scientifiqueBarbillon, Chrystelle

Nombre de pages4

Adresse source

Fichier TEIhttp://www.idt.paris-sorbonne.fr/tei/Donneau-AmoursVénusAdonis-Preface.xml

Fichier HTMLhttp://www.idt.paris-sorbonne.fr/html/Donneau-AmoursVénusAdonis-Preface.html

Fichier ODThttp://www.idt.paris-sorbonne.fr/odt/Donneau-AmoursVénusAdonis-Preface.odt

Mise à jour2015-02-05

Mots-clés

Mots-clés français

DramaturgieMontrer ; cacher ; raconter

Personnage(s)Vénus ; Adonis ; « jalouse »

ComédiensPassion dans le jeu

RéceptionSuccès ; critiques ; interprétation licencieuse d’une scène

MetadiscoursUtilité et contenu de la préface

Mots-clés italiens

DrammaturgiaMostrare ; nascondere ; raccontare

Personaggio(i)Venere ; Adone ; « gelosa »

AttoriPassione nel gioco

RicezioneSuccesso ; critici ; interpretazione licenziosa di una scena

MetadiscorsoUtilità e contenuto della prefazione

Mots-clés espagnols

DramaturgiaMostrar ; esconder ; contar

Personaje(s)Venus ; Adonis ; « celosa »

Actor(es)Pasión en la actuación

RecepciónÉxito ; críticas ; interpretación licenciosa de una escena

MetadiscursoUtilidad y contenido del prólogo

Présentation

Présentation en français

Publiée en 1670, la tragédie des Amours de Vénus et d’Adonis marque le début d’une série de pièces à machines composées par Donneau de Visé1. Prenant sa source dans les Métamorphoses d’Ovide, la pièce retrace l’aventure tragique de la déesse de l’Amour avec Adonis, qui mourut tué par un sanglier, puis fut métamorphosé en anémone2. De ce sujet mythologique, La Fontaine avait fait une idylle publiée l’année précédente3, et Donneau tire une tragédie de la jalousie, autour d’un carré amoureux composé de Vénus, Mars, Adonis et Chriséis.

En tête de la pièce, la préface se présente comme une réflexion méta-textuelle sur l’enjeu de ce type de paratexte : refusant tout usage d’une rhétorique de l’apologie ou de la captatio benevolentiae, l’auteur préfère s’appuyer, pour défendre sa pièce, sur son succès ininterrompu et l’approbation générale qu’elle a reçue. Néanmoins, ce texte repose sur une figure de prétérition – la seconde partie de cette préface proposant la défense d’une scène vivement critiquée par le public et rétablissant l’interprétation correcte et bienséante du récit de Chriséis. En insistant sur ce point, le dramaturge peut mettre en avant la jalouse4 Chriséis, recentrant l’action autour de la rivalité amoureuse et des caractères. Ainsi, tout en niant l’utilité de la préface, il l’utilise à bon escient pour souligner l’originalité de sa pièce et du traitement qu’il donne d’une matière mythologique bien connue.

Texte

Préface

{NP1} Quoique les préfaces ne soient pas toujours nécessaires, personne ne s’est encore avisé de les condamner, à cause qu’elles sont autorisées par l’usage, qui fait souvent approuver des choses auxquelles autrement on trouverait à redire. Je ne forgerai5 point dans celle-ci, comme plusieurs font souvent, des monstres pour les combattre, et je ne m’abaisserai point afin de m’élever. Je crois que ma pièce a plu, puis{NP2}qu’elle a été jouée plus de trois mois, et que pendant tout ce temps elle a reçu beaucoup d’applaudissements. Peut-être que parmi un si grand nombre de spectateurs, il s’est trouvé quelques critiques : mais il est inouï6 qu’il y ait encore rien eu de généralement approuvé ; et dans ces sortes de choses, la plus grande partie est toujours prise pour le tout ; et quand le nombre des approbateurs passe celui des critiques, on peut se vanter d’avoir réussi. J’ai trouvé des gens parmi les uns et les autres qui, faute d’attachement7, n’ont pas approuvé un endroit, qu’ils ont néanmoins trouvé beau : c’est {NP3} le récit que Chriséis fait à Mars dans le troisième acte, lorsqu’elle dit qu’elle vient de rencontrer Adonis et Vénus8. Le caractère de jalouse de l’actrice9, et l’ardeur avec laquelle elle est entrée dans la passion, ont fait que l’on s’est imaginé tout autre chose que ce qu’elle disait10 ; que l’on a pris garde davantage à l’agitation de son cœur qu’à ses paroles, et que l’on n’a pas examiné que ce qu’elle raconte s’est fait en pleine campagne, aux yeux de tout le monde, et qu’Adonis n’a fait que baiser les mains de Vénus. On doit prendre garde aussi que ce récit est fait par une jalouse, qui ne saurait souffrir que {NP4} ce qu’elle aime soit avec une autre, et qui croit en ce moment tout ce qu’elle appréhende ; et quand j’ai fait cette scène, mon dessein était plutôt de faire voir sa rage, que de représenter ce qu’on s’est imaginé11. Je voudrais être souvent obligé de me justifier sur de pareils endroits, et être assuré de faire toujours des choses qui plussent autant à tout le monde que cette scène12.