IdT – Les idées du théâtre


 

Préface

Coriolan. Tragédie. Par Monsieur Chevreau.

Chevreau, Urbain

Éditeur scientifique : Louvat-Molozay, Bénédicte

Description

Auteur du paratexteChevreau, Urbain

Auteur de la pièceChevreau, Urbain

Titre de la pièceCoriolan. Tragédie. Par Monsieur Chevreau.

Titre du paratexteAvertissement au lecteur

Genre du textePréface

Genre de la pièceTragédie

Date1638

LangueFrançais

ÉditionParis : Augustin Courbé, 1638, in-4°

Éditeur scientifiqueLouvat-Molozay, Bénédicte

Nombre de pages2

Adresse sourcehttp://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k716578/f7.image.r=.langFR

Fichier TEIhttp://www.idt.paris-sorbonne.fr/tei/Chevreau-Coriolan-Preface.xml

Fichier HTMLhttp://www.idt.paris-sorbonne.fr/html/Chevreau-Coriolan-Preface.html

Fichier ODThttp://www.idt.paris-sorbonne.fr/odt/Chevreau-Coriolan-Preface.odt

Mise à jour2012-12-04

Mots-clés

Mots-clés français

SourcesPlutarque

SujetAltération ; adaptation aux règles

DramaturgieRègles ; unité de lieu

LieuDuplicité / unicité

Relations professionnellesRivalité entre auteurs ; pièces jumelles

Mots-clés italiens

FontiPlutarco

ArgomentoAlterazione ; adeguamento alle regole

DrammaturgiaRegole ; unità di luogo

LuogoDoppio / unico

Rapporti professionaliRivalità tra autori ; opere drammatiche gemelle

Mots-clés espagnols

FuentesPlutarco

TemaAlteración ; adaptación a las reglas

DramaturgiaReglas ; unidad de lugar

LugarDuplicidad / unicidad

Relaciones profesionalesRivalidad entre autores ; obras gemelas

Présentation

Présentation en français

L’histoire du Coriolan de Chevreau est indissociable de celle du Véritable Coriolan de Chapoton : les deux pièces ont été représentées sur les scènes rivales du Marais (Chevreau) et de l’Hôtel de Bourgogne (Chapoton) au cours de la saison théâtrale 1637-1638, et leurs achevés d’imprimer portent rigoureusement la même date (12 juin 1638). Alors que se termine à peine la Querelle du Cid, qui a radicalisé le débat entre réguliers et irréguliers, les deux pièces illustrent surtout deux positionnements rigoureusement inverses à l’égard des règles. Fidèle aux coordonnées spatio-temporelles du sujet historique de Coriolan, Chapoton ne s’est pas cru tenu de respecter les unités de temps et surtout de lieu, comme il l’explique dans le paratexte de sa pièce ; à l’inverse, Chevreau se targue, dans cet « Avertissement au lecteur », d’avoir soumis le sujet aux règles, et nommément à l’unité de lieu, au risque de dénaturer l’histoire du héros romain.

Texte

Avertissement au lecteur

[NP1] J’ai changé dans ce sujet une chose assez connue pour la mort de Coriolan, qui arriva chez les Volsques1 ; mais il faut considérer qu’il était impossible de mettre la tragédie dans la sévérité des règles, et dans celle qu’on tient aujourd’hui si nécessaire, qui est l’unité du lieu2, si je ne l’eusse fait mourir près de Rome. Ce changement ne doit point tellement altérer l’esprit qu’on doive m’accuser d’avoir violé quelque notable incident de l’histoire, puisque Coriolan ne mourut pas autrement chez les Volsques que je le fais mourir chez les Romains3. C’est un lieu que je mets pour un autre afin de n’embarrasser point la mémoire, et de ne pas faire trouver une scène à Rome, et l’autre chez les Antiates4. Pour le reste j’ai tellement suivi Plutarque5 et ceux qui ont parlé de Coriolan, que je ne m’en suis jamais éloigné. Voilà ce que j’avais à vous dire [NP2] de peur que vous me prissiez pour autre que pour historien, et que vous me soupçonnassiez d’avoir fait par ignorance, ce que je n’ai fait que par une subtilité nécessaire.